Dans le doute, restez couché

Si je ne l’ai jamais écrit ici, certains d’entre vous m’ont certainement déjà entendu dire que ce n’est pas dans un gym qu’on fait du muscle. Ça semble aller à l’encontre de la logique, mais c’est vrai. Lors d’un l’entraînement, on détruit de la fibre musculaire et on affaiblit le système nerveux central. C’est avec la récupération active, l’alimentation et, surtout, le sommeil que le corps se reconstruit plus fort et plus endurant pour la prochaine session.

Je donne des cours et j’ai des clients à quelques endroits différents à Montréal. Je passe donc plusieurs heures par semaine dans ma voiture. Plutôt que d’écouter des annonces de matelas à la radio, j’écoute différents podcasts.

Récemment, je suis tombé sur Trained, un podcast produit par Nike. Il y a plusieurs entrevues très intéressantes avec différents athlètes et artistes. C’est celle avec le Docteur Matthew Walker, fondateur et directeur du centre U.C Berkeley pour la science du sommeil humain, qui a retenu mon attention.

Voici quelques points de l’épisode que je considère importants et que nous devrions tous savoir. Je vous recommande évidemment d’aller écouter la Balado lorsque vous serez pris entre deux voitures sur l’autoroute.

Dr. Walker note, dès le début, qu’une personne qui dors cinq à six heures par nuit aura un temps d’épuisement physique diminué de 10% à 30%. Il prend l’exemple de coureurs qui s’entrainent pour un 10 kilomètres. Ils seront physiquement épuisés lors du septième kilomètre plutôt que le dixième pour lequel ils s’entrainent. Il mentionne aussi que la capacité du muscle à exercer sa force maximale sera aussi diminuée. En « Bro science », ça veut dire : moins de biceps à la fin du mois.

L’alcool a aussi plusieurs points négatifs. Se faire rappeler qu’en 2012, c’était l’année où on devenait drummer et, s’apercevoir en 2019, qu’on n’a encore jamais touché à une batterie. C’est un des effets, mais ce n’est pas le pire. Selon le Dr. Walker, l’alcool affecte la capacité à atteindre un sommeil profond. La sensation de fatigue, après une nuit de huit heures le lendemain d’avoir consommé de l’alcool, est plus attribuée au fait d’avoir bu que de s’être couché tard.

Le sommeil paradoxal est le moment où nous rêvons. Il est crucial pour plusieurs fonctions, dont la fonction motrice. L’alcool interfère sur cette partie du sommeil et nuit à l’apprentissage des compétences motrices. Ça devient donc plus difficile d’apprendre de nouveaux mouvements plus complexes ou encore de performer ceux que l’on maitrise déjà.

La fatigue, due au manque de sommeil, ne vient pas sans son lot de caféine.  Un café en se levant le matin, c’est bien. À moins qu’il contienne dix ingrédients et 1200 calories. Le problème de la caféine, c’est qu’elle ne doit pas être consommée à l’intérieur de douze à quatorze heures avant d’aller se coucher. Dr. Walker précise qu’après douze heures, le quart de la caféine qu’on a ingérée se trouve encore dans notre système. Il donne un très bon exemple. Prenez un quart de café avant d’aller vous coucher le soir. Maintenant, espérez passer une bonne nuit de sommeil.

Il continue en parlant de l’effet du manque de sommeil sur les hormones ainsi que d’autres sujets forts intéressants.  Je crois cependant avoir noté les plus importants : les éléments sur lesquels nous avons le contrôle. Je vous recommande fortement l’écoute de cet épisode.

Alors, la prochaine fois que vous dormirez moins de huit heures, que vous serez forcés par votre cadran à sortir du lit, restez couchés. Remettez l’entrainement à plus tard dans la journée et focussez sur la récupération.

Bon repos!

jonathangagne

FREE
VIEW